Dépassant l’univers de la téléphonie, la 5G, outre son évidente amélioration de la rapidité des flux, a comme ambition de révolutionner notre environnement : retransmission d’évènements sportifs en réalité virtuelle, développement de voitures autonomes, augmentation de la précision des interventions chirurgicales à distance, introduction d’objets connectés dans les villes (lampadaires à détection automatique, poubelles communicantes,…), et la 5G ouvre la voie à beaucoup d’autres services qui ne sont pas encore imaginables aujourd’hui !

Nécessitant de nouveaux points d’accès, et de par ses possibilités multiples, la 5G appelle l’implantation d’antennes plus légères, plus petites, moins émissives, et qui s’harmonisent mieux dans le paysage. C’est pourquoi le projet STARCOM est né, afin de proposer des dispositifs antennaires intégrés dans des éléments en composites de tous les jours : véhicules, silos agricoles…

Ce projet, déjà à mi-parcours actuellement, a pour but de développer des antennes miniaturisées qui pourront non seulement servir aux opérateurs de téléphonie  mais également aux communications navales militaires ou encore à l’aéronautique civile.

ECT participe activement à ce projet et entend ainsi développer des éléments en composites servant de station relais afin de créer un réseau dense mais étendu, intégré à nos environnements.

Actuellement, les premières maquettes d’antennes de divers types en mélange époxy et carbone sont en cours de réalisation sur nos deux sites (moulage par infusion sur le site de Savoie et usinage/finition/assemblage sur le site breton) et ECT proposera des prototypes pour démonstration dans le courant de l’année.

Retrouvez ci-dessous le dernier article paru sur le site images&réseaux.com ainsi qu’un lien vers le site d’IPC, le centre technique industriel de la plasturgie et des composites, concernant le projet STARCOM :

Article du site  images&réseaux.com

Site d’IPC